Archive: May 2020

  1. Crisis Innovation. The Acceleration of Technology in the Built Environment

    Comments Off on Crisis Innovation. The Acceleration of Technology in the Built Environment

    Necessity is the mother of invention. 

    As we’ve seen during and after historical crises either to the economy or public health, catastrophe can be an impetus for widespread advancements in urban planning and technology to support the long term greater good. Or as Winston Churchill once put it, ‘Never waste a good crisis!’

    In the period following the Cholera pandemics in London, Paris and NYC, we used technology to deliver better drinking water, deployed citywide sewage systems, and ensured that every building was equipped with indoor plumbing. We also began to design our cities differently, ensuring that they had wider boulevards and nature oriented public spaces to support better air circulation. 

    In the 23 year period during the Long Depression from 1873-1896, the incandescent lightbulb, transformer, radio, and refrigeration were all invented in spite of economic turmoil worldwide. 

    If history is our guide, technology is poised to enter another period of accelerated evolution which will impact our cities and the built environment for the greater good.

    Homes: Universal Connectivity to Bridge the Digital Divide

    In the time leading up to the Spanish Flu of 1918, telephones were somewhat of a novelty, but during the quarantine, it became clear how vital they were to stay connected to the outside world. Unfortunately, the phone system at the time was not ready to handle the influx of users, and as a result the telephone company actually had to deter the use of the phone system to ensure critical calls could go through.

    On the left, an ad from Passaic, New Jersey’s Evening News for October 25, 1918, warns New York Telephone customers that operators might get nosy about their calls. On the right, from Gastonia, North Carolina’s Gastonia Gazette for October 18, 1918, an ad stresses the importance of handling calls for doctors and drug stores.

     This is exactly what we’ve seen happen today, with Europe being forced to throttle Netflix and Youtube to ensure that the internet doesn’t break with the increase in usage. In the US, we saw a drop in performance in internet speeds from February to March. Some states have seen as much as a 20% drop in speeds, with the average state dropping 7.6%, indicating the strain we’ve put on our connections. 

    In the US, 60% of counties – that’s 162 million Americans – now receive service that’s below the definition of “broadband”, which means that the service is barely usable or not available at all.

    It is becoming increasingly evident that global digital infrastructure is in dire straits.

    The term ‘Digital Divide’ refers to the gap between demographics and regions that have access to modern technology and those that don’t. Never has our reliance on technology within the home been more paramount, and never has the impact of poor connectivity been more damaging.

    In the current climate, we’ve seen governments work to remove broadband deployment barriers like lengthy permitting processes and in some countries have created task forces to innovate around these issues. US based companies like Verizon have made mobile hotspot data free for subscribers and cable operators have made high speed services available at minimal prices for low income communities as part of the “Keep Americans Connected” pledge. In the UK, the government has provided 4G routers to homes without broadband connections to enable distance learning.

    However, Digital Divides simply cannot exist in a world where we our children rely on the internet to learn, where workers need to video call to collaborate with their colleagues, and where the sick need tele-health to avoid overburdening the healthcare system. The collective effort between the public and private sectors to enable broadband for all has been necessary in the current moment, but this will need to continue in the world ahead as our future depends on it. 

    Again, we are seeing the immediate need for another massive step change in our communications infrastructure. In the years following the Spanish Flu, every home got a telephone and the infrastructure was significantly upgraded to make communications more stable and accessible for all. 

    Buildings: A Race to Smart and Healthy

    It takes a watershed moment or series of events to spark a true revolution in real estate. When the Green and Sustainable construction movement was started in the 70s, it was a novel idea that was kicked around by a handful of architects interested in the first “Earth Day” of 1970.

    It wasn’t until the OPEC oil embargo of 1973 that the need for green buildings became more obvious, as gasoline prices spiked upward in the summer of 1973 and gas rationing became the norm, our reliance on fossil fuels for our homes, transportation, and buildings came into focus as a major issue that needed to be addressed. 

    And as the 1990s and 2000s brought extreme weather patterns and heightened awareness on the impact of human pollution, the spotlight again was on buildings and the need to construct more efficiently in order to reduce our impact on the environment.  

    This time both the real estate and government communities heeded the call with the rise of certifications like BREEAM and LEED and both local and Countrywide Commitments to reduce emissions. This revolution has now become the “baseline” and is now a proven business case driven by economic and tax incentives promoted by governments. 

    Similarly, over the last 10 years we’ve seen a rise in the number of buildings either using technology to drive operational efficiency and enhance occupant productivity and wellness. This is commonly referred to as the Smart Building movement which has also been slow to gain mass adoption, with a small subset of buildings in each market having invested in this technology.

    As buildings are now forced to adapt reactively to tenant concerns around air quality, occupancy based contact tracing and cleaning, and a “no touch” experience, we will see the deployment of Smart Building technology accelerate even further and with a greater emphasis on “Healthy Buildings” in tandem.

    This can present a massive opportunity to landlords who are thoughtful in their approach.The business case at this point is to invest out of absolute necessity, but by approaching these improvements with foresight, buildings can accomplish immediate resolution to tenant need while positioning themselves for both long term operational ROI and enhanced user experience.

    For instance, implementing a hands free access control system solves the immediate challenge of getting occupants into the building without touching surfaces. Moving forward, this can be integrated into tenant engagement applications to increase customer engagement and deliver a user centric building program. Longer term, the floor by floor occupancy data from the access control system can be integrated into the buildings HVAC system to operate more efficiently based on real time and historical data.

    Similar to the evolution of the Green Building movement (which started as a revolutionary concept in the mid 70s, evolved into a popular practice in the 1990s and is now a code requirement for the majority of cities) we will likely see a forced upgrade to Smarter and Healthier buildings as they become a critical occupancy requirement and reinforced through building code as a result of the current crisis.

    Corporate Real Estate: A Data Driven Approach to Workplace Strategy

    Workplace strategy trends that were defining the future of work have significantly accelerated as organizations have had to adjust during the COVID-19 pandemic. Companies and individual employees are gaining the benefit of experience with large-scale home-based working programs. Technology has proven to be a critical tool to maintaining collaboration and supporting human interaction in this forced remote working era. However, long term, it will likely complement, not replace, the need for the physical workplace. The outcome will likely be a rationalized physical footprint, made up of a different composition of space that is higher quality and better-equipped to support employee needs. 

    As highlighted in a recent CBRE report, Real Estate 2030, published prior to the European peak of COVID-19, future trends showed that companies and workers may choose to work at one of thousands of locations worldwide on a full-time, part-time or a pay-as-you-go basis. That means people only pay for what they need, when they need it. 

    As such, companies that are reimagining their spaces must also invest in technology to keep track of these moving parts. This intelligence will better help organizations understand what portion of their portfolios are best suited for long-term committed space vs. flexible, just-in-time space – all the while providing a sense of place for their employees. Occupancy based tracking will be the key to harvesting more powerful data to make these decisions and adapt in real time.

    In the future, these tools can increasingly be utilized to make qualitative evaluations and recommendations – often through the use of artificial intelligence – such as noting that one team is more productive and experiences fewer sick days when working remotely. Or another team performs better in a collaborative space equipped with good ergonomics and natural light.

    Businesses: Disparate but Connected

    As Microsoft’s CEO recently stated,

    We’ve seen 2 years of digital transformation take place in a period of 2 months.“

    What he is referring to is the technological pivot that every business has had to take in the world of remote everything. This has meant that businesses have had to rapidly embrace cloud computing to enable continuity across their workforce. 

    As businesses brace for the long term shift to disparate workforces, scattered across satellite offices, HQs, and homes, technology will become the ultimate enabler of business continuity. They will need to take new approaches to connectivity to ensure their teams can stay connected despite geographic separation. 

    At the same time, with the increased reliance on home internet access for many employees, Cyber Security will also need to become mission critical, as the cyber attack surface has expanded beyond what companies can keep up with. We’ve seen this surfaced in the headlines, with massive ransomware attacks and cyber breaches against everyone from The World Health Organization and Donald Trump to multinational organizations like Cognizant

    This means that Corporate IT will see a shifting demarcation in responsibility extending their reach beyond the office, helping employees deploy technology like firewalls and endpoint security within the Home to ensure we stay connected safely.

    Above all, targeted investment towards the digital transformation of business processes and the sustained adoption of remote working policies, could offer businesses a critical competitive advantage. By providing them with a more reliable and robust access to existing, new and increasingly diverse pools of talent, which might previously have been unavailable to them.

    Cities: Urban Innovation and Smarter Construction

    In the wake of 19th Century epidemics like cholera we saw wide sweeping changes to urban planning, from the use of parks, to the demolition of tenements, and enactment of zoning laws.

    We’ve already seen innovation within the built environment early in this crisis. In Wuhan, a 1,000 bed hospital was built in 10 days using modular construction, which utilizes pre-fabricated materials produced offsite. This revolutionary construction technique also utilizes Building Information Modeling (BIM) to make the design and construction process more efficient. 

    In the near future, we are likely to see further adoption in this technique, especially as developers evaluate the impact of manual construction being halted for months, whereas building construction could take place offsite in an area less impacted by shelter in place. 

    According to a 2019 McKinsey report,

    Modular construction can speed construction by as much as 50 per cent. In the right environment and trades-offs, it can cut costs by 20 per cent.” 

    In ambitious master plan proposals like the now defunct Sidewalk Toronto, the Alphabet Urban Innovation proposal to build a one of a kind smart city, have made modular construction a key component. Not only for what the efficiencies gained through construction, but to the long term flexibility it will enable in the urban environment. 

    Adaptive reuse becomes a seamless process in this built environment, where a parking structure can be turned into loft apartments in weeks if autonomous vehicles become more ubiquitous. A process that would take years in today’s cities. 

    Technology innovation will undoubtedly help transform the construction, operation and experience of tomorrow’s urban environments by seamlessly integrating live, work and play ecosystems and enabling safer, healthier and more efficient places which will allow businesses to grow and society to thrive.

    As the real estate sector re-evaluates the future purpose of the built environments it delivers and businesses and society as whole recognise the need to sustain a greater purpose in the way that corporations and communities co-exist, so we will see the role of progressive and innovative technologies evolve.

    Technology will ultimately provide the digital infrastructure and data backbone which will help us revitalise the world’s economies and will help us to reimagine the role of great spaces and places to meet the desires and needs of us all, long into the future.

  2. Innovation de crise : accélération de la technologie dans l’environnement bâti

    Comments Off on Innovation de crise : accélération de la technologie dans l’environnement bâti

    La nécessité est mère de l’invention. 

    Comme nous l’avons vu pendant et après les crises historiques, que ce soit pour l’économie ou la santé publique, une catastrophe peut être l’occasion de faire progresser l’urbanisme et la technologie à long terme pour le bien commun.

    Dans la période qui a suivi les pandémies de choléra à Londres, Paris et New York, nous avons utilisé la technologie pour fournir une meilleure eau potable, pour déployer des systèmes d’égouts dans toute la ville et pour veiller à ce que chaque bâtiment soit équipé d’une plomberie intérieure. Nous avons également commencé à concevoir nos villes différemment, en veillant à ce qu’elles disposent de boulevards plus larges et d’espaces verts publics pour favoriser une meilleure circulation de l’air.

    Pendant les 23 années de la Longue Dépression de 1873 à 1896, l’ampoule à incandescence, le transformateur, la radio et la réfrigération ont tous été inventés en dépit de la crise économique mondiale.

    En suivant cette vision historique des développements, il y a fort à parier que la technologie est prête à entrer dans une nouvelle période d’évolution accélérée qui aura un impact positif sur nos villes et sur notre environnement bâti.

    Domiciles : connectivité universelle pour réduire la fracture numérique

    Avant la grippe espagnole de 1918, le téléphone était une nouveauté, mais pendant la quarantaine, rester en contact avec le monde extérieur est devenu vital. Malheureusement, le système téléphonique de l’époque n’était pas prêt à faire face à l’afflux d’utilisateurs et, par conséquent, les entreprises de téléphonie ont dû dissuader l’utilisation du système téléphonique pour garantir l’acheminement des appels urgents.

    À gauche, une annonce de Passaic, le journal du soir du New Jersey, pour le 25 octobre 1918, avertit les clients de New York Telephone que les opérateurs pourraient s’intéresser à la nécessité de leurs appels. À droite, une annonce de la Gastonia Gazette de Caroline du Nord le 18 octobre 1918, souligne l’importance de traiter les appels des médecins et des pharmacies en priorité.

    C’est exactement ce qui se passe aujourd’hui, l’Europe ayant été contrainte de réduire les débits de Netflix et de Youtube pour éviter les ruptures d’internet avec l’augmentation de l’utilisation. Aux États-Unis, il y a eu une baisse de performance des débits internet de février à mars. Certains états ont connu une baisse de vitesse allant jusqu’à 20 %, la moyenne étant de 7,6 %, ce qui reflète la surcharge des réseaux. 

    Aux États-Unis, 60 % des comtés – soit 162 millions d’Américains – reçoivent désormais un service inférieur au « haut débit », ce qui signifie que le service est à peine utilisable ou pas du tout disponible.

    Il devient de plus en plus évident que l’infrastructure numérique mondiale est dans une situation difficile.

    Le terme « fracture numérique » fait référence au fossé entre les régions qui ont accès aux technologies modernes et celles qui n’y ont pas accès. Jamais notre dépendance vis-à-vis de la technologie dans nos foyers n’a été aussi importante et jamais l’impact d’une mauvaise connectivité n’a été aussi néfaste.

    Dans le contexte actuel, nous avons vu les gouvernements s’efforcer de lever les obstacles au déploiement du haut débit, comme les longs processus d’autorisation, et dans certains pays, ils ont créé des groupes de travail pour stimuler l’innovation en la matière. Des entreprises américaines comme Verizon ont rendu gratuits les partages de connexion aux données mobiles pour les abonnés et les câblo-opérateurs ont mis des services à haut débit à la disposition des communautés à faibles revenus contre des prix réduits, dans le cadre de l’engagement « Keep Americans Connected ». Au Royaume-Uni, le gouvernement a fourni des routeurs 4G aux foyers sans connexion haut débit pour faciliter l’apprentissage à distance.

    Cependant, les fractures numériques ne devraient pas exister dans un monde où nos enfants comptent sur internet pour apprendre, où les employés ont besoin d’appels vidéo pour collaborer avec leurs collègues et où les malades ont recours aux téléconsultations médicales pour ne pas surcharger le système de santé. L’effort collectif entre les secteurs public et privé pour rendre le haut débit accessible à tous s’est avéré être nécessaire dans le contexte actuel, mais il devra se poursuivre dans le monde de demain ; notre avenir en dépend.

    Une fois de plus, nous constatons la nécessité immédiate d’une nouvelle étape de changement massif dans notre infrastructure de communication.Dans les années qui ont suivi la grippe espagnole, chaque foyer a reçu un téléphone et l’infrastructure a été considérablement améliorée pour rendre les communications plus stables et plus accessibles à tous.

    Bâtiments : course à l’intelligence et à la santé

    Il faut un moment décisif ou une série d’événements pour déclencher une véritable révolution dans l’immobilier. Lorsque le mouvement de construction écologique et durable a été lancé dans les années 70, c’était une idée originale qui a été reprise par une poignée d’architectes intéressés par la première « Journée mondiale de la Terre » de 1970.

    Ce n’est qu’avec l’embargo sur le pétrole déclaré par l’OPEP en 1973 que la nécessité de construire des bâtiments écologiques est devenue plus évidente. Avec la hausse des prix de l’essence durant l’été de 1973 et le rationnement du gaz devenu la norme, notre dépendance aux combustibles fossiles pour nos maisons, nos transports et nos bâtiments est devenue un problème majeur qu’il fallait résoudre.

    Comme les années 1990 et 2000 ont été marquées par des conditions climatiques extrêmes et une prise de conscience accrue de l’impact de la pollution causée par l’humain, les projecteurs se sont à nouveau braqués sur les bâtiments et la nécessité de construire plus efficacement afin de réduire notre impact sur l’environnement.

    Cette fois, les communautés immobilières et gouvernementales ont répondu à cet appel avec l’avènement des certifications comme BREEAM et LEED, et des engagements locaux et nationaux pour réduire les émissions. Cette révolution est maintenant la « référence » puisque la construction écologique est devenue la norme dans la majorité des villes et constitue désormais un modèle d’affaires qui a fait ses preuves, grâce aux incitations économiques et fiscales promues par les gouvernements.

    De même, au cours des dix dernières années, nous avons constaté une augmentation du nombre de bâtiments utilisant la technologie pour améliorer l’efficacité opérationnelle, la productivité et le bien-être des occupants. C’est ce que l’on appelle communément le mouvement des bâtiments intelligents, qui a aussi été lent à être adopté à grande échelle, un petit nombre de bâtiments sur chaque marché ayant investi dans cette technologie.

    Comme les bâtiments sont maintenant obligés de s’adapter de manière réactive aux préoccupations des locataires concernant la qualité de l’air, le « contact tracing » et le nettoyage, et une expérience « sans contact », nous verrons le déploiement de la technologie des bâtiments intelligents s’accélérer encore plus, en accordant une plus grande importance aux « bâtiments sains » en tandem.

    Cela peut représenter une opportunité majeure pour les propriétaires qui se montrent attentionnés dans leur approche. À ce stade, l’analyse de rentabilisation consiste à investir par nécessité absolue, mais en abordant ces améliorations avec prévoyance, les bâtiments peuvent résoudre immédiatement les besoins des locataires tout en se positionnant pour un retour sur investissement opérationnel et une meilleure expérience pour les utilisateurs à long terme.

    Par exemple, la mise en place d’un système de contrôle d’accès mains libres résout le problème imminent de faire entrer les occupants dans le bâtiment sans toucher aux surfaces. À l’avenir, ce système peut être intégré dans les applications de gestion de l’engagement des locataires afin d’accroître l’engagement des clients et d’offrir un programme centré sur l’utilisateur pour le bâtiment. À plus long terme, les données d’occupation des étages du système de contrôle d’accès peuvent être intégrées dans le système CVC du bâtiment pour fonctionner plus efficacement sur la base de données historiques et en temps réel.

    Tout comme le mouvement de la construction écologique – qui a commencé comme un concept révolutionnaire au milieu des années 70, s’est transformé en une pratique populaire dans les années 90 et est devenu maintenant une condition obligatoire dans la majorité des villes – nous verrons cette crise se traduire par un nouveau passage vers les nouvelles technologies du bâtiment pour faire face à la situation actuelle.

    Immobilier d’entreprise : approche analytique de la stratégie relative au lieu de travail

    Les tendances en matière de stratégie relative au lieu de travail qui définissaient l’avenir du travail se sont considérablement accélérées, les organisations ayant dû s’adapter pendant la pandémie COVID-19. Les entreprises et les employés profitent de l’expérience acquise dans le cadre des programmes de télétravail qui ont été mis en place à grande échelle. La technologie s’est avérée être un outil essentiel pour maintenir la collaboration et soutenir l’interaction humaine dans cette période de télétravail imposé. Toutefois, à long terme, elle complétera probablement, et non remplacera, le besoin de lieu de travail physique. Il en résultera probablement une empreinte physique rationalisée, avec une configuration différente de l’espace, de meilleure qualité et mieux équipée pour répondre aux besoins des employés.

    Comme le souligne un rapport récent de CBRE, Real Estate 2030, publié avant le pic européen du Covid-19, les tendances futures ont montré que les entreprises et les employés peuvent choisir de travailler dans l’un des milliers de lieux dans le monde entier, à temps plein, à temps partiel ou par un système de rémunération à l’acte. Cela signifie que les gens ne paient que pour ce dont ils ont besoin, quand ils en ont besoin.

    Ainsi, les entreprises qui réimaginent leurs espaces doivent également investir dans la technologie pour suivre ces éléments mobiles. Ces renseignements aideront les entreprises à mieux comprendre, par exemple, quelle partie de leur portefeuille est la mieux adaptée à un espace dédié à long terme ou à un espace flexible, juste à temps, tout en assurant un sentiment d’appartenance à leurs employés. Le traçage basé sur l’occupation sera la clé pour récolter des données plus puissantes afin de prendre ces décisions et de s’adapter en temps réel.

    À l’avenir, ces outils pourront être de plus en plus utilisés pour faire des évaluations et des recommandations qualitatives, souvent grâce à l’intelligence artificielle, en constatant par exemple qu’une équipe est plus productive et prend moins de congés maladie lorsqu’elle travaille à distance, ou encore qu’une autre équipe est plus performante dans un espace de collaboration doté d’une bonne ergonomie et d’une lumière naturelle.

    Entreprises : dispersées mais connectées

    Comme l’a récemment déclaré le PDG de Microsoft,

    « nous avons vu deux années de transformation numérique se dérouler en deux mois ».

    Ce à quoi il fait référence, c’est au tournant technologique que toute entreprise a dû prendre dans un monde où tout se passe à distance. Cela signifie que les entreprises ont dû rapidement adopter le cloud computing pour assurer la continuité de leurs activités.

    Alors que les entreprises s’apprêtent à passer à une main-d’œuvre dispersée dans des bureaux satellites, des sièges sociaux et des foyers, la technologie deviendra le meilleur moyen d’assurer la continuité des activités. Elles devront adopter de nouvelles approches en matière de connectivité afin que leurs équipes puissent rester connectées malgré l’éloignement géographique.

    En même temps, avec la dépendance accrue de nombreux employés vis-à-vis de l’accès internet à domicile, la cybersécurité devra également devenir un élément essentiel de la stratégie des entreprises, car les cyberattaques se sont étendues au-delà de ce que les entreprises peuvent maîtriser. Nous l’avons vu dans les dernières dépêches, avec des attaques massives par des logiciels de rançon et des cyberattaques contre tout le monde, de l’Organisation mondiale de la santé à Donald Trump en passant par des organisations multinationales comme Cognizant.

    Cela signifie que les services informatiques des entreprises verront leur responsabilité s’étendre au-delà du bureau, en aidant les employés à déployer des technologies telles que les pare-feux et la sécurité des terminaux dans les foyers pour s’assurer que nous restons connectés en toute sécurité.

    Par-dessus tout, l’investissement ciblé dans la transformation numérique de la Stack technique et l’adoption maintenue de politiques de travail à distance pourraient offrir aux entreprises un avantage concurrentiel essentiel. Cette transformation leur permettra un accès plus fiable à des talents existants, nouveaux et de plus en plus diversifiés, qui n’étaient peut-être pas disponibles auparavant.

    Villes : innovation urbaine et construction plus intelligente

    À la suite des épidémies de choléra du XIXe siècle, nous avons assisté à de vastes changements dans l’urbanisme, de l’utilisation des parcs à la démolition des immeubles et à la promulgation de lois sur le zonage.

    Nous avons déjà assisté à des innovations dans l’environnement bâti au début de cette crise. À Wuhan, un hôpital de 1.000 lits a été construit en 10 jours par le biais de la construction modulaire, qui utilise des matériaux préfabriqués hors site. Cette technique de construction révolutionnaire utilise également la modélisation des informations du bâtiment (BIM) pour rendre le processus de conception et de construction plus efficace.

    Dans un avenir proche, il est probable que cette technique sera de plus en plus adoptée, d’autant plus que les promoteurs évaluent l’impact de l’arrêt de la construction manuelle pendant des mois, alors que la construction des bâtiments pourrait se faire hors site, dans une zone moins concernée par le confinement.

    Selon un rapport McKinsey de 2019,

    « la construction modulaire peut accélérer la construction de 50 %. Dans un environnement et des conditions favorables, elle peut réduire les coûts de 20 % ».

    Parmi les propositions ambitieuses comme Sidewalk Toronto, la proposition d’Alphabet Urban Innovation pour construire une ville intelligente unique, a fait de la construction modulaire un élément clé, non seulement pour les gains d’efficacité obtenus grâce à la construction, mais aussi pour la flexibilité à long terme qu’elle apportera dans l’environnement urbain.

    La réutilisation adaptative devient un processus intégré dans cet environnement bâti, où une structure de stationnement peut être transformée en appartements de type loft en quelques semaines si les véhicules autonomes deviennent plus répandus, un processus qui prendrait des années dans les villes actuelles.

    L’innovation technologique contribuera sans aucun doute à transformer la construction, l’exploitation et l’expérience des environnements urbains de demain en intégrant de manière harmonieuse les écosystèmes de vie, de travail et de loisirs et en créant des lieux plus sûrs, plus sains et plus efficaces qui permettront aux entreprises de se développer et à la société de prospérer.

    À mesure que le secteur immobilier réévalue la finalité future des environnements bâtis qu’il fournit et que les entreprises et la société dans son ensemble reconnaissent la nécessité de maintenir une visée plus importante dans la manière dont les entreprises et les communautés coexistent, nous verrons évoluer le rôle des technologies progressives et innovantes.

    La technologie fournira en fin de compte l’infrastructure numérique et l’épine dorsale de données qui nous aideront à revitaliser les économies mondiales et à réimaginer le rôle des grands espaces et des lieux pour répondre, à long terme, aux désirs et aux besoins de chacun d’entre nous.

  3. (Home-)Office-Report: Büronutzer im digitalen Zeitalter

    Comments Off on (Home-)Office-Report: Büronutzer im digitalen Zeitalter

    Gemeinsame Studie von EY Real Estate und WiredScore.

    Da aktuell große Teile der Bevölkerung von Zuhause arbeiten, sind wir wohl so abhängig wie nie zuvor von guter Konnektivität, um Videokonferenzen zu führen, Chat-Nachrichten zu senden oder Dokumente auf dem Firmenserver oder in der Cloud zu bearbeiten. Doch selbst losgelöst von den akuten Auswirkungen der COVID-19-Pandemie haben sich Arbeitsprozesse und Arbeitsalltag von Büronutzern im Zuge der Digitalisierung in den letzten Jahren deutlich gewandelt. Hiermit möchten wir mit diesem (Home-)Office-Report in Zusammenarbeit mit EY Real Estate einen Beitrag zum Verständnis von Büronutzern im digitalen Zeitalter leisten.

    Auf Basis einer Befragung vom 11. bis zum 16. März 2020 von Büronutzern in Deutschland gewähren wir im Folgenden einen datenbasierten Einblick in Arbeitsrealitäten, Nutzeranforderungen sowie typische Gründe für Produktivitätseinschränkungen.

    Viele Kriterien der Mietfläche mit direktem Bezug zum Arbeitsplatz werden im Vergleich zu objekt-bezogenen Kriterien (wie Stellplätze oder die Umgebungsqualität) als relevanter bewertet. Um die Nutzerzufriedenheit zu verbessern, sollten diese Kriterien demnach besondere Berücksichtigung finden.

    Download Studie

    Viele weitere interessante Einblicke in Arbeitsrealitäten, Nutzeranforderungen sowie typische Gründe für Produktivitätseinschränkungen gibt Ihnen der (Home-)Office-Report von WiredScore und EY Real Estate.

Press enter or esc to cancel